Working Capital SBA Loansbusiness loans Big Lines of Credit Merchant Cash Advances Long Term Loans best business loans Short Term Loads Equipment Financing Small Business Loans
Géopolitique-Géostratégie - Analyses et débats - Jean-Bernard PINATEL
best business loans Working Capital Long Term Loans SBA Loans Small Business Loans Short Term Loads Equipment Financing Merchant Cash Advancesbusiness loans Big Lines of Credit

RSS: Posts | Comments

Analyse de la situation politique et militaire en Irak mi-septembre 2016

0 commentaires

Synthèse générale

Malgré des succès très nets contre Daech remportés en juillet et en aout par les forces irakiennes appuyées par les frappes de la coalition, la situation politique à Bagdad continue de se complexifier à cause de la lutte d’influence que se livrent les Etats-Unis et l’Iran, notamment au sein du Parlement irakien dont la seule vocation semble être de paralyser l’exécutif sur fond d’attaques réciproques de corruption.
Cette situation politique ne peut que peser sur le calendrier de l’offensive finale contre Mossoul, d’autant plus qu’un certain nombre de défenses intermédiaires sont encore à franchir avant de parvenir dans les faubourgs de la grande ville du Nord.

Situation politico-militaire

Le combat contre Daech

En août, la reprise de contrôle des villes du gouvernorat d’Al Anbar s’est poursuivie. La ville de Khalidyia, 30 000 habitants située au bord de l’Euphrate à 80 km à l’ouest de Bagdad, a été reprise à Daech à la suite de combats acharnés. 800 hommes de Daech dont des étrangers ont été tués dans cette bataille, selon le commandement des forces irakiennes. Les forces irakiennes ont encore à s’emparer de trois villes le long de l’Euphrate pour libérer totalement la province d’Al Anbar: Rawa (20 000 h) où le mufti de Daech, Rawa Abu Hajar, aurait été tué par une frappe aérienne, Anah (30 000h) et Al-Qaïm, ville frontière avec la Syrie.

Par ailleurs, les combats préliminaires à la reprise de Mosul se sont poursuivis durant l’été.

Le 9 juillet, les troupes irakiennes ont pu reprendre la base aérienne d’Al-Qayyarah, au sud de Mossoul, dont l’aérodrome servira de base logistique dans l’offensive sur Mossoul.

Le 23 août, prise de la ville de Qayyarah (80 000 habitants).

Au Sud de cette ville, Daech tient toujours dans le district de Sharkat les villes d’Al Sirqat sur le Tigre et de Hawija (30 000h) qui sont des villes sunnites, entrées en résistance contre le gouvernement de Bagdad et l’occupant américain presque depuis le début de l’offensive américaine. Les forces irakiennes et les Pechmergas les encerclent et leur conquête n’est plus qu’une question de jours.

Par ailleurs, il semble qu’un accord politique ait été trouvé entre Bagdad et Erbil pour libérer Mossoul. Un commandement commun pour l’offensive va être mis sur pied. Mais l’accord prévoit qu’il n’y aura aucun changement sur les frontières actuelles du Kurdistan après la prise de la ville, ce qui laisse penser que les Pechmergas se contenteront d’assurer l’encerclement de la ville au Nord et à l’Est mais ne feront pas tuer leurs meilleurs combattants pour reprendre du terrain qu’ils auront à abandonner ultérieurement, d’autant plus que la menace Turque est présente à leur frontière Ouest et Nord.

L’armée irakienne compte aujourd’hui environ 50 000 hommes. 25 000 d’entre eux devraient participer aux combats de libération de la ville. Les Américains ont en Irak environ 5 000 hommes qui remplissent des fonctions de renseignement, de coordination aérienne, d’instruction et de conseil opérationnel plus quelques détachements de forces spéciales. En face, Daech dispose d’environ 10 000 combattants, retranchés dans Mossoul. La prise de Mossoul n’est donc pas envisageable par la seule armée irakienne à moins d’un effondrement complet de l’Etat islamique.
irak-18-09-2016

L’imbroglio politique

Deux autres questions épineuses restent à régler. La participation des milices chiites à la reprise de Mossoul et le remplacement éventuel du Ministre sunnite de la Défense Khalid Al Obaidi qui a démissionné mi-aout à la suite de la motion de censure votée contre lui par le parlement irakien. En effet, ce dernier, lors de son audition devant le parlement irakien, a accusé de corruption plusieurs parlementaires. Dès le lendemain les députés ont voté une motion de censure contre lui par 142 voix contre 102 forçant Khalid Al Obaidi, sunnite originaire de Mossoul, à démissionner.
Cette crise politique survient au plus mauvais moment alors que les préparatifs pour la reprise de Mossoul sont en cours. Selon le dirigeant chiite Moifak Al-Rubaï, les américains avaient expressément demandé aux présidents des groupes parlementaires de ne pas démettre le Ministre de la Défense de ses fonctions. Le vote de cette motion de censure démontre que, dans le jeu d’influence que se livrent à Bagdad les Etats-Unis et l’Iran, c’est ce dernier pays qui tient la corde.

De plus, derrière ce jeu politique se cache le problème du commandement de l’armée irakienne et de la place des milices chiites et notamment celles de l’Iran. L’Iran ne veut pas que l’armée irakienne soit trop forte pour des raisons historiques (guerre Iran-Irak 1980-1988) et souhaite qu’elle soit placée sous le commandement unique de l’Etat-Major des Forces de Mobilisation Populaire qui regroupe les milices chiites irakiennes, à l’instar du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique en Iran. Dans cette affaire les Etats-Unis n’ont pas une position claire. Certes ils veulent une armée irakienne efficace mais ils ne veulent pas d’une armée irakienne trop forte et trop bien équipée pour ne pas rompre les rapports de force politique et militaire dans la région.

Situation sécuritaire

En juillet, Bagdad a connu l’attentat le plus meurtrier et le plus sanglant de son histoire. Le 3 juillet, dans la nuit du samedi au dimanche, un camion frigorifique (comme à Nice) mais ici bourré d’explosifs incendiaires a explosé dans un marché tuant plus de 300 personnes, notamment enfants et femmes, et occasionnant beaucoup de blessés graves. En juillet, le total des morts par attentat se focalise presque entièrement dans 5 gouvernorats sur 18 et s’élève à 865 tués dont 385 à Bagdad.

En aout après des mesures très énergiques prises à Bagdad, le nombre des victimes par attentats a été divisé par deux, s’établissant à 510 dont 90 à Bagdad ; Nineveh 170 ; Al Anbar 140 ; Salahuldein 100 et Diayal 10. Bagdad qui représentait en juillet 45% du nombre des morts n’en représentait plus que moins de 20% en aout.

Néanmoins, la dégradation de la situation économique et la guerre contre Daech font que les crimes et délits sont en forte hausse dans Bagdad et créent un sentiment d’insécurité généralisé. Il ne se passe pas un jour sans que plusieurs meurtres, attaques à main armée et enlèvements pour obtenir des rançons soient effectuées. La police et l’armée, focalisées dans la lutte contre les attentats, semblent totalement impuissantes à enrayer la montée du crime organisé.

Général (2S) Jean-Bernard PINATEL


« Article précédent