buy cc online

RSS: Posts | Comments

Benghazi ne tombera pas en un jour

Les forces du colonel Kadhafi continuent à progresser vers Benghazi. Combien de temps les insurgés pourront-ils tenir ? Longtemps s’ils sont soutenus, d’après le Général Jean-Bernard PINATEL (R), spécialiste des questions de géopolitique.

Atlantico : Les forces armées fidèles au colonel Kadhafi continuent à gagner du terrain. Jusqu’où iront-elles ?
Benghazi

Général Jean-Bernard PINATEL (R) : Ils vont forcément aller jusqu’à Benghazi, mais c’est une grande ville ce qui change les conditions de combat. La majorité des habitants de cette région est issue de tribus qui sont opposées depuis toujours à Kadhafi et se souvient en particulier du bain de sang qu’il a déclenché dans la région en 1993.

Les insurgés savent donc qu’ils vont devoir se battre jusqu’au bout. Seront-ils tentés de faire un deal avec Kadhafi contre une reddition ? C’est possible mais les massacres de 1993 sont tellement ancrés dans leur mémoire qu’ils n’auront surement pas confiance et craindront une répression sévère.

Benghazi est une grande ville, et le combat en ville n’a rien à voir avec le combat dans le désert ou les chars et l’aviation peuvent donner toute leur puissance. Benghazi héberge une population de 700.000 habitants, soit une ville comme Bordeaux. Une ville de cette taille ne se conquiert pas comme cela !

Par ailleurs, il y a des liens étroits entre ces tribus et l’Égypte voisine. S’il y a une bataille sur Benghazi, avec quelques lance-roquettes antichars (LRAC), ou des lance-grenades RPG 7, vous clouez au sol très facilement les chars, et après c’est un combat de fantassins, avec des gens qui connaissent leur ville et ont l’avantage du terrain.

Le combat urbain est un combat excessivement dur, il faut des gens très aguerris. On se fait vite fixer une journée entière sur un bloc de maisons. Quand un bloc de maisons est détruit, les gens restent derrière pour défendre, passent par les sous-sols. Si la défense de Benghazi est organisée, la ville ne se laissera pas prendre comme cela.

Il faut demander aux Américains ce qu’ils pensent des batailles en Irak comme à Fallujah. Quand des combattants veulent se battre dans une ville, cela peut durer très longtemps.

C’est cette partie là que les insurgés peuvent jouer, menacer d’une résistance héroïque.

La communauté internationale ne pourra alors pas rester insensible à des combats sur Benghazi. Je pense que les Égyptiens seront tentés les premiers de leur venir en aide en leur passant des armes, des vivres. Et s’il n’y a pas de blocus en mer, Kadhafi ne dispose que d’une flotte réduite les insurgés pourront toujours être ravitaillés par le port.

Par ailleurs, la résistance des insurgés serait d’autant plus décuplée si les grandes puissances leur envoyaient officieusement des conseillers militaires, ou même des forces spéciales, avec de l’armement adapté. A Beyrouth, les armes arrivaient de partout ! Il peut se passer la même chose à Benghazi. A ce moment là, c’est le statu quo.

Si les chefs de la rébellion veulent se battre, si les puissances occidentales et la ligue arabe veulent les aider, Benghazi ne sera pas pris en un jour.

Y-a-t-il déjà des conseillers militaires ou des forces spéciales occidentales à Benghazi?

Je ne suis pas dans le secret des dieux …

Source : Libye : Benghazi ne tombera pas en un jour


Commentaires