RSS: Posts | Comments

L’armement russe est il en passe de devenir le meilleur au monde ?

0 commentaires

Après l’incident en Mer Blanche dans lequel un essai de missile a provoqué la mort de 5 ingénieurs russes, Vladimir Poutine a expliqué vouloir investir plus de moyens dans l’armement. Son but, à terme, est de mettre au point un missile extrêmement puissant et capable de survoler n’importe quelle zone.

Avec Jean-Bernard Pinatel, Cyrille Bret

Atlantico : Selon vous, est-ce réaliste ? Comment la Russie, aux vues de son budget lié à l’armement, peut-elle mettre au point une telle arme ?

Jean-Bernard Pinatel : Avant de répondre précisément à votre question il est essentiel de replacer la Russie à sa place réelle parmi les grandes puissances et de tordre le coup à la désinformation permanente des Etats-Unis et de l’OTAN qui n’ont pour but que d’une part, faire peur aux européens pour éviter une alliance de l’Europe avec la Russie qui contesterait la suprématie mondiale des Etats-Unis, et d’autre part, de justifier vis-à-vis de l’opinion publique américaine le montant faramineux que Washington consacre à la défense.

Si on compare les facteurs utilisés par les géopoliticiens pour classer les puissances entre elles, on constate que la Russie et la première puissance mondiale par la superficie de son territoire 17,2 millions de km2, 25 fois la superficie de la France et de ses territoires outre-mer. Elle est aussi la première puissance par le nombre des ogives nucléaires déclarées qui sont des armes de dissuasion et qui n’ont jamais été utilisées offensivement depuis 1945.

Mais sur les autres facteurs, la Russie se situe au 10èmerang des puissances comparées dans le tableau ci-dessous pour son PIB. Son PIB n’atteint pas les 60% du PIB français et seulement 8% de celui des Etats-Unis. Elle dépense pour sa défense un peu moins que la France alors qu’elle possède un territoire 25 fois plus étendu que le nôtre. Comme le nôtre, le budget de la défense de la Russie n’est que le dixième du budget militaire des Etats-Unis. Le budget des 17 agences de renseignement américaines est largement supérieur à la totalité du budget de la défense de la Russie. La Russie est donc essentiellement une puissance régionale. Elle n’a pas les moyens pour intervenir militairement dans le monde entier comme des Etats-Unis. Son budget est essentiellement défensif avec une capacité de projection du même ordre que celle de la France, 4000 hommes aux approches de son territoire (distance Damas-Moscou =2500km)

La Russie est une puissance spatiale et aéronautique capable de développer des missiles ou des avions aussi performants que ceux des Etats-Unis ou de l’Europe car elle possède des ingénieurs de très grande qualité. Il faut se rappeler qu’elle a été capable de mettre un homme en orbite avant les Etats-Unis.

Elle est donc tout à fait capable de moderniser les lanceurs qu’elle possède déjà et, à certaines périodes de la guerre froide, les MIGs ont surclassé les avions américains. Donc si Poutne met l’effort sur sa dissuasion nucléaire au détriment de ses forces classiques, il peut le faire.

Cyrille Bret : La déclaration de Vladimir Poutine s’inscrit dans le sillage du vaste programme de modernisation des forces armées qu’il a lancé lorsqu’il était Premier ministre en 2009. Au vu des lacunes de ses forces armées durant la Guerre de Géorgie, la Russie a lancé un plan de remontée en puissance de ses armées, de son complexe militaro-industriel et de ses capacités opérationnelles. Le budget fédéral a été fortement mis à contribution pour porter les effectifs graduellement à 800 000 hommes sous les drapeaux et pour moderniser tous les armements.

Dans le domaine des missiles, la Fédération de Russie dispose d’une excellence technologique démontrée. Le dernier salon MAKS 2019 en août à Moscou a insisté sur les capacités de projections de force. Plusieurs nouveaux concepts sont mis sur la table comme celui d’un missile de croisière à propulsion nucléaire (encore très loin d’être réalisé) ou celui (bien plus réaliste) de missiles hypersoniques. La Russie a assurément les capacités technologiques et financières pour se lancer dans un nouveau programme ambitieux en matière de missiles. Mais, comme toutes les puissances militaires, elles n’a pas de ressources budgétaires illimitées : elle doit choisir entre différents projets. Elle ne pourra pas financer la modernisation des tanks, celle de la marine qui est particulièrement nécessaire ni tous les projets en même temps.

L’armement russe est-il en passe de devenir le meilleur du monde ? Y a-t-il un risque de perte de supériorité militaire occidentale ?

Jean-Bernard Pinatel : Non en aucune façon. La Russie à une marine que les forces occidentales sont capables de balayer de la surface du globe en une journée (SNLE exclus évidemment). Elle a des avions performants mais numériquement ils représentent moins du dixième des avions comparables que peuvent aligner les puissances occidentales. Ses forces terrestres sont réparties sur l’ensemble de son territoire et si la Russie décidait de les regrouper face à l’Europe nous en serions avertis bien avant qu’elles ne s’engagent. La Russie a comme la France, la capacité de projeter et de soutenir 4000 à 5000 hommes à 3000à 4000Km. Pas plus.

Cyrille Bret : Si on mesure cette excellence selon l’offre et la demande, le complexe militaro-industriel russe dispose d’atouts évidents. Les systèmes de défense anti-aériennes du groupe public Almaz Antey sont plébiscités sur les marchés : ainsi, Viking, S300 et S400 intéressent de nombreux pays qui ne veulent pas ou ne peuvent pas se procurer des PATRIOT américains ou des systèmes européens. La Turquie, l’Inde et l’Arabie Saoudite ont même souhaité acquérir ces équipements. De même, en matière de chasseurs ou de tanks, l’excellence russe est reconnue sur les marchés. Toutefois, en matière navale, la restructuration du groupe OSK ne doit pas masquer les faibles capacités exportatrices russes.

Face aux Occidentaux, d’autres facteurs jouent que l’excellence commerciale et technologique. Ainsi, les armements russes ne travaillent pas en coalition alors que l’Occident est, lui, structuré par de grandes coalitions régionales (OTAN, ASEAN). C’est plutôt la montée en puissance quantitative et qualitative de la Chine qui préoccupe les Etats-Unis.

Si perte il y a, comment l’Occident peut-il remédier à cette infériorité ? Par plus d’armement ?

Jean-Bernard Pinatel : La seule faiblesse de l’occident réside dans l’attitude des Etats-Unis. Ils ne se comportent pas comme des alliés. Ils décident uniquement et unilatéralement en fonction de ce qu’ils évaluent comme leurs intérêts, comme par exemple les Kurdes de Syrie ou le rapatriement des djihadistes emprisonnés en Syrie. De plus, l’Europe est divisée sur les intérêts à défendre et sur les stratégies et les moyens à mettre en œuvre lorsqu’elle arrive rarement à s’entendre sur un objectif à atteindre. Elle n’est en aucun cas inférieure à la Russie dans les moyens matériels qu’elle possède et quelle peut mettre en œuvre.

Cyrille Bret : Plusieurs hypothèses sont à examiner. La première est celle d’une course aux armements en Europe pour contrer la Russie. Cette course n’est aujourd’hui pas engagée. Rares sont les pays membres de l’OTAN qui consentent un effort de défense important comme la Pologne, le Royaume-Uni, l’Estonie … ou la France. La deuxième hypothèse est celle d’une relance de la R&D. Celle-ci est en cours notamment en France et en Europe par le Fonds de défense européen. Quant à la troisième hypothèse, c’est celle qui tient à la refondation de l’OTAN au sommet de Londres les 3 et 4 décembre prochains. Aujourd’hui, la supériorité militaire des Etats-Unis et de l’OTAN est contestée mais n’est pas véritablement entamée par la modernisation des forces armées russes. En revanche, faute d’un sursaut stratégique européen, l’écart risque de se creuser.

Source : ATLANTICO

Commentaires