best business loans Working Capital Long Term Loans SBA Loans Small Business Loans Short Term Loads Equipment Financing Merchant Cash Advancesbusiness loans Big Lines of Credit

RSS: Posts | Comments

Les trois erreurs politiques et stratégiques de François Hollande sur le dossier syrien ont affaibli l’influence de la France dans le monde

0 commentaires

Le dossier syrien ne marque pas les limites de l’influence française comme le soutient Natalie Nougayrède dans son brillant éditorial, publié dans le Monde du 1er octobre. Ce sont les trois erreurs politiques et stratégiques commises par François Hollande dans le dossier syrien qui ont affaibli l’influence de la France dans le monde.

La première erreur du chef de l’État est d’avoir réagi trop vite dans l’émotion et d’avoir attribué immédiatement, dans sa pensée et probablement dans le cercle de ses proches, le crime au régime syrien alors qu’il ne disposait d’aucune information vérifiée et que ses services n’avaient eu le temps ni de recueillir des preuves sur le terrain ni de confronter leurs analyses avec les services amis d’autres pays européens. Il enclenchait ainsi un processus pervers dans son entourage dont le rôle n’était plus de l’informer de la réalité de ce qui s’était passé sur le terrain mais de conforter le discours présidentiel au besoin, en tordant la réalité. C’est visiblement ce qui semble être arrivé car il se murmure dans les cercles militaires que les analystes de la DGSE sont furieux de ne pas avoir retrouvé, dans le texte qui a été distribué aux médias, les conclusions de l’étude qui avait été transmise au cabinet du Ministre de la Défense. Or, plusieurs spécialistes des armes chimiques ont émis plusieurs autres hypothèses qui n’ont jamais été retenues, vérifiées ou infirmées par des preuves [1]. Pour les conseillers qui entourent le chef de l’État il ne pouvait y avoir de doutes : les rebelles sont les bons et Bachar el-Assad est le méchant. Alors que tous ceux qui sont sur le terrain savent que l’horreur est le fait des deux camps. « La guerre civile est le règne du crime », a écrit Corneille.

La seconde erreur est de s’être satisfait, voire d’avoir été flatté de se trouver seul en tête à tête avec Obama, et de n’avoir pas compris qu’un Obama, auto-piégé par l’évocation d’une ligne rouge à ne pas franchir, n’avait aucune envie de s’engager dans l’aventure syrienne, sans preuves formelles et au moment même où il était en plein combat avec l’aile droite républicaine du Sénat qui refusait de voter le budget, trouvant là un prétexte pour s’opposer à l’entrée en vigueur en 2014 du volet central de sa loi de réforme du système de santé, mesure phare de ses deux mandatures. Enfermé dans des négociations sur les conditions dans laquelle l’intervention militaire aurait lieu, Hollande n’a pas exploré si d’autres options étaient envisageables ni avec nos partenaires européens ni avec la Russie. Or, comme je le souligne dans plusieurs chapitres de mon dernier livre Russie, alliance vitale [2] aucune solution ne peut être trouvée au Moyen-Orient, Afghanistan et Iran compris sans l’appui de la Russie.

La troisième erreur est une conséquence des deux premières. Il s’est écarté du rôle géopolitique de la France : être un moteur dans la construction d’une unité diplomatique et militaire de l’Europe qui seule peut établir un pont entre les intérêts diamétralement opposés de la Russie et des États-Unis dans cette partie du Monde. Il a ainsi ouvert la porte à la proposition russe qui l’a mis immédiatement hors jeu, les Américains et les Russes discutant ensemble sur les termes de la résolution à présenter au Conseil de sécurité. Par sa réaction hâtive, Hollande s’est écarté du rôle que l’on attend de la France dans la communauté internationale : aider les victimes de cette situation, faire une pression égale sur les belligérants pour les amener autour d’une table de négociation. Éviter de rajouter la guerre à la guerre par une intervention ou en distribuant des armes aux rebelles car on ne peut jamais contrôler dans quelles mains elles aboutiront finalement, comme le montre les défections de plusieurs unités de l’ASL qui viennent de rejoindre les katibas djihadistes. Et, parallèlement, réduire les sources de financement des salafistes et des Frères musulmans en faisant pression sur l’Arabie Saoudite, le Qatar et sur la Turquie qui en assurent l’essentiel.

Ces trois erreurs ont affaibli l’influence de la France dans le monde et ont fait perdre à François Hollande la crédibilité qu’il avait acquise dans le dossier malien.

Général (2S) Jean-Bernard PINATEL

[1] Je m’appuie sur les propos d’un général, spécialiste des armes chimiques, qui écrivait dans une note destinée à ses camarades de promotion : « Le sarin n’est pas une substance compliquée à fabriquer; avec quelques ingénieurs chimistes et quelques artificiers, on peut produire de quoi décimer une ville entière; rappelons-nous les attentats dans la métro de Tokyo perpétrés par la secte Aum le 20 mars 1995; l’excellent livre d’Haruki Murakami « Underground » en témoigne à l’évidence. Mais cela représente également quelques risques pour les préparateurs. Une maladresse est toujours possible et elle peut avoir des conséquences dramatiques pour leur environnement. Un tir d’artillerie ou de mortier ‘loyaliste’ peut aussi avoir touché un laboratoire de ce type ».

[2] Éditions Choiseul, 2011.

Commentaires