Working Capital SBA Loansbusiness loans Big Lines of Credit Merchant Cash Advances Long Term Loans best business loans Short Term Loads Equipment Financing Small Business Loans
Géopolitique-Géostratégie - Analyses et débats - Jean-Bernard PINATEL 9
best business loans Working Capital Long Term Loans SBA Loans Small Business Loans Short Term Loads Equipment Financing Merchant Cash Advancesbusiness loans Big Lines of Credit

RSS: Posts | Comments

Il ne peut y avoir de paix en Syrie tant que les terroristes d’inspiration wahhabite ne sont pas tous éliminés

1 commentaire

09-10-2010
1. En qui concerne la Syrie … est-il encore d’accord sur une solution politique en Syrie ?

Toutes les guerres finissent plus ou moins vite. En Syrie il ne peut y avoir d’accord durable que si on met autour d’une table toutes les parties prenantes qui ont un poids réel dans la solution du conflit. Malheureusement Daech, Al-Nostra et la branche armée des Frères Musulmans qui sont inspirés par le wahhabisme ne peuvent accepter un compromis avec les polythéistes et les incroyants (takfir) sans renier leurs croyances. Ils doivent continuer leur da’wa et leur djihad jusqu’à l’instauration d’un État islamique en Syrie. La solution politique ne pourra exister réellement qu’après la destruction totale de ces groupes.

2. Voyez-vous que la trêves en Syrie est une solution … Quelle est votre opinion sur la trêves ?

La trêve ne doit avoir qu’un seul but permettre l’évacuation des zones de conflit des civils et des blessés. Elle ne peut donc être que de courte durée et très encadrée de façon à ne pas permettre aux terroristes de se ravitailler.

3. La Libye… Quel est le rôle de la France a l’issue libyenne en générale et qu’est ce qu-elle fait pour résoudre la conflit entre la gouvernement de al Seraj er Hafter en Libye ?

La France a perdu pour l’instant avec la politique actuelle de notre gouvernement toute crédibilité car elle a poursuivi l’illusion d’un printemps arabe qui n’a existé qu’en Tunisie et a fait, sans le vouloir, le jeu des Frères Musulmans en Égypte et des groupes terroristes proches d’Al-Qaïda en Syrie. Aujourd’hui après les attentats qui ont frappé la France la seule politique qui est vraiment perceptible est la lutte armée contre l’État islamique. Je ne suis pas sûr que le Président Hollande ait à ce jour révisé sa vision erronée sur la nature des luttes qui se déroulent actuellement au Moyen-Orient. En revanche en Libye je crois que les milices issues de la révolution libyenne sont profondément nationalistes ou régionalistes et qu’elles ne laisseront pas l’État Islamique s’installer durablement en Libye. Une solution politique est donc possible dans un système politique où l’État respecte les particularismes régionaux et locaux. Je pense que l’Italie est mieux placée que la France pour jouer le rôle de médiateur.

4. Votre opinion a loi de « JASTA », la loi qu’ les États-Unis revendique pour juger l’Arabie saoudite et l’effet de la loi sur la relation saoudienne-américaine ?

La campagne présidentielle américaine a été l’occasion de révéler que pour au moins un des trois avions du 9/11 (celui qui s’est écrasé contre le Pentagone) des agents des services secrets saoudiens étaient impliqués. Cela autorise donc les victimes à demander des réparations financières à l’Arabie Saoudite. Et aux États-Unis quand la machine judiciaire est lancée et qu’il y a à la clé, pour les citoyens et pour les avocats qui les défendent, beaucoup d’argent à gagner, il n’y a pas d’exemple où un véto présidentiel puisse aboutir à un arrêt des poursuites judiciaires et des demandes de réparation.

La relation des États-Unis avec l’Arabie Saoudite était déjà tendue après l’accord nucléaire avec l’Iran mais les saoudiens ont trop besoin de la protection américaine pour rompre leurs relations. Un seul pays pourrait remplacer les États-Unis comme protecteur c’est la Chine. Mais je ne suis pas sûr qu’elle ait aujourd’hui la volonté qu’effectuer cette relève.

5. Et enfin la stratégie française face au la terrorisme et l’effet d’issue de terrorisme sur les candidats d’élection présidentielle ?

Pour moi, il y a clairement une volonté de se battre et de neutraliser les terroristes mais la France n’a pas encore compris que ce n’était pas suffisant et que c’est aussi contre la da’wa wahhabite qu’il faut se mobiliser. Je pense qu’une partie des candidats de droite à l’élection présidentielle ont compris cet enjeu.

Général (2S) Jean-Bernard PINATEL

Source : www.shorouknews.com


« Article précédent Article suivant »